POURQUOI JE N’IRAIS PAS VOTER?

Parce que pour voter, il faut être informé sur le programme des candidats et candidates. Et que dans l’état actuel des choses, je ne sais toujours pas pour qui voter.

Suivant mes conseils, un seul candidat, comme conseillé, nous a distribué un résumé de son programme. Alors comment juger qui a le meilleur programme, avec un seul programme, d’un seul candidat, en main?

Et malheureusement, aucun candidat à la mairie ne nous a fait parvenir un résumé de son programme. Alors que les bureaux de scrutin sont déjà ouvert!

 

Certains diront que c’est à chacun de faire son devoir de citoyen et de s’informer.

Mais où?

  • Dans des médias qui ne couvrent même pas la moitié des candidats?Ce n’est pas aux médias de faire une présélection pour les électeurs. Les électeurs sont assez grands pour faire ce choix eux-même. Mais malgré tous les reproches fait aux médias, ils continuent d’influencer le vote vers une poignée de candidats présélectionnés; sachant très bien que leur présélection a un effet déterminant sur l’issue du vote.
  • Peut-on s’informer lors de débats, où l’on n’invitent même pas la moitié des candidats, et qui ne fournissent que des brides d’informations?Est-ce qu’un chef de parti bon débatteur signifie automatiquement qu’il a un bon programme? Pas certain.
  • Ou encore, faudrait-il voter pour ceux et celles qui ont les plus belles, ou les plus grandes pancartes électorales, sur les poteaux?Non. Les publicités, les cartons distribués aux portes et les pancartes électorales sont une vraies insultes à l’intelligence humaine.

 

Certains diront d’aller voir le site web des candidats. Mais qui a le temps d’aller faire une recherche sur internet pour connaître le programme de tous les candidats? Et ensuite, décoder et comparer tous les programmes?

Avec la moitié de la population qui a de la difficulté à lire, ou comprendre un texte, pas surprenant que plus de la moitié de la population n’aille pas voter; parce que mal informée.

 

Afin de voter, il faut avoir accès aux programmes des candidats de façon rapide, claire et précise.

 

Alors je n’irais pas voter pour des candidats qui gaspillent l’argent des contribuables pour les insulter avec des pancartes sur les poteaux.

 

Ça ne coûte pas 1 $ par personne d’imprimer un résumé d’une page par candidats et de le distribuer aux portes. Et pas plus cher d’ajouter l’adresse d’un site web pour avoir plus d’informations sur chaque candidat.

 

Et pour faciliter la tâche de tous les électeurs, pourquoi pas un site web comme la boussole électorale financé à même le budget des élections pour toutes les élections à tous les paliers de gouvernement?

 

Normalement, je n’irais donc pas voter parce que je ne sais pas pour qui voter. Puisque je n’ai pas été informé adéquatement. Et que je ne veux pas financer des candidats qui dilapident les fonds électoraux de façon indécente, en ne concentrant pas leur effort électoral sur l’information efficace des électeurs. Afin de faire connaître leur programme, à l’aide des sommes qui leurs sont alloués.

 

Et le directeur des élections, ainsi que le ministère provincial qui chapeaute les élections municipales, sont aussi responsables de ce manque de directive, en regard de l’utilisation des fonds publiques électoraux. Ils ne font pas leur devoir électorale, et démocratique, en ne permettant pas, à tous les candidats, de faire connaître leur programme de façon égalitaire.

 

C’est encore au plus fort la poche. Ce n’est donc pas surprenant que des candidats soient tentés par la corruption, afin d’avoir plus de fonds pour se faire élire en se faisant connaître, parce que malheureusement, trop de gens votent encore pour la personne la plus « connue ». Mais si les gens votent pour le plus « connu » n’est-ce pas faute de se faire un avis à partir des programmes électoraux? N’est-ce pas parce que les gens sont mal informés qu’ils se replient su l’illusion de « connaître » un candidat?

 

Alors que, pour bien informer tous le monde, au sujet de tous les candidats, ça ne devrait pas coûter plus de 1 $ par électeur.

Et ne devrait pas nécessiter, des candidats, d’avoir à recueillir des fonds. Et en allouant un budget égal à tous les candidats; il y aurait moins d’incitations à la corruption.

 

Il serait donc facile de faire d’une pierre… quatre coups, réduire le budget électorale, bien informer les électeurs, réduire la corruption et… augmenter le taux de participation!

 

Pour toutes ces raisons je n’irais pas voter, comme la moitié de la population.

Mais comme dans une démocratie saine il faut une opposition forte; j’irai donc voter pour l’opposition et j’irai voter pour des candidats négligés par les médias.

 

Yves Marineau, Montréal

Sociologue

Secrétaire fondateur du Mouvement pour une Vraie Démocratie Mondiale

et auteur du Manifeste pour une Vraie Démocratie mondiale, (disponible gratuitement en ligne)

 

N.B. Toute reproduction permise à condition de citer la source suivante: http://yvesmarineau.com/blog/?p=414

Suivez-moi sur Facebook: https://www.facebook.com/pages/Yves-Marineau/136023209786532?fref=ts

Et Twitter: https://twitter.com/YvesMarineau

Google+: https://plus.google.com/u/0/106373066199862299667/posts

Ce contenu a été publié dans Éditorial. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à POURQUOI JE N’IRAIS PAS VOTER?

  1. Miguel Chehuan dit :

    Bonjour,

    Je trouve dommage que vous pensiez de cette façon. Je ne me serais pas attendu à ce genre de posture d’une personne avec des études supérieurs.

    Je suis un simple citoyen, qui après avoir évalué les options, non seulement j’ai décidé de voter pour Richard Bergeron, mais je me suis joint en tant que bénévole à sa campagne pour l’aider à passer son message. J’y ai trouvé un parti intègre, démocratique à la base et près de mes valeurs.

    Je suis d’accord avec votre idée de boussole électorale « publique », mais je n’achète par l’argument selon lequel les citoyens « ne sot pas capables de lire ». Projet Montréal et d’autres partis, on fait du porte à porte, visité des centres communautaires, se sont engagés dans des débats locaux.

    Si Montréal va mal, c’est par ce que les gens ne s’y intéressent pas et ne votent pas… arrêtons de chialer et informons-nous. Participons aux élections, mais aussi à la longueur de l’année dans des groupes d’action citoyenne, des conseils d’arrondissement, etc.

    Si vous n’allez pas voter, c’est votre choix, mais sachez qu’il y a une grande proportion de l’humanité qui n’a même pas cette option.

    • Yves Marineau dit :

      Parlant de savoir lire… je n’ai pas écrit que je n’irai pas voter, j’ai écrit pourquoi je n’irais pas voter.
      Les statistiques sorties ce mois-ci indiquaient bien que 50% de la population avait des difficulés de lecture.

      Aux dernières élections j’avais voté pour Richard bergeron. Mais, cette semaine je n’ai eu droit qu’à un carton sans information et des pancartes sur des poteaux. Alors que de l’argent a été versé au parti grâce à mon vote.
      C’est donc la moindre des choses que je puisse être en droit d’être informé sur les programmes des candidats.

      Ce n’est pas avec du porte à porte, des visites des centres communautaires et des débats locaux que je vais pouvoir connaître et comparer les programmes des candidats.

      Et comme je l’ai écrit, c’est un peu facile de dire que c’est aux électeurs de s’informer.
      Si on veut vraiment que les gens aillent voter, il faudrait commencer par vraiment les informer de façon adéquate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *